Le questionnaire MBTI aujourd’hui

 In MBTI

Aujourd’hui, l’Indicateur Typologique de Myers-Briggs est probablement le questionnaire de personnalité le plus utilisé au monde. Il est disponible en plus de 20 langues dans le monde, y compris (au moment de la rédaction de cet article) 15 langues européennes. Pour le praticien, il existe un nombre important d’ouvrages, dont un ensemble de rapports électroniques ; vous aurez l’occasion d’en utiliser un certain nombre pendant cette formation.

Il y a désormais une somme considérable de travaux de recherche sur l’utilisation du MBTI ; les estimations font état d’environ 6000 publications. Ces études apportent la preuve que le MBTI remplit son objectif, avec une bonne fidélité (il fournit des résultats stables) et validité (il mesure ce qu’il est censé mesurer), de même qu’elles confirment la solidité de la démarche MBTI.

La recherche et le développement continuent, et de nouveaux ouvrages et traductions voient régulièrement le jour. Des travaux ont également commencé sur un questionnaire MBTI nouvelle génération, avec l’objectif final d’avoir un ensemble unique de questions pour tous les pays et les cultures et un système de cotation cohérent.

Le MBTI évalue des préférences . Il ne mesure pas nos capacités ou aptitudes, ni à quel point nous avons des caractéristiques de personnalité ; il aide à identifier si nous avons une tendance « innée » de faire les choses d’une certaine manière plutôt que d’une autre.

Le questionnaire MBTI ne mesure pas l’intensité des traits de personnalité. Le point qui différencie le questionnaire MBTI de la plupart des autres questionnaires de personnalité est qu’il ne mesure pas l’intensité de vos préférences, ni l’intensité des traits de personnalité que vous avez. Dire « je suis très extraverti » ou « je suis plus extraverti que la plupart des gens » ou « je ne suis pas trop introverti » n’a aucun sens dans l’approche typologique.

Pour résumer, le MBTI évalue quatre paires de préférences opposées :

  • Extraversion et Introversion (E-I) :
    • le monde qui capte notre attention et d’où nous tirons notre énergie
  • Sensation et iNtuition (S-N) :
    •  le type d’information que nous recueillons spontanément et auquel nous nous fions
  • Pensée et Sentiment (T-F) :
    • le processus que nous préférons utiliser pour prendre des décisions
  • Jugement et Perception (J-P) :
    •  la façon dont nous gérons le monde extérieur

Ces paires de préférences ou paires d’opposés sont souvent appelées des dimensions. Ainsi on dit parfois dimension E-I, dimension S-N, dimension T-F ou dimension J-P.

Chacun a une préférence pour l’un des deux pôles (préférences) d’une dimension. Ainsi, par exemple, nous pouvons avoir une préférence pour le E et consacrer la majeure partie de notre temps à des activités typiques des personnes de préférence Extraversion et peu de temps ou d’attention à des activités ou façons de faire des personnes de préférence Introversion. Ou préférer le I. Quelle que soit notre préférence, nous aurons tous des activités et ferons tous appel à chacun des deux pôles à des moments différents. Il en est de même pour S-N, T-F et J-P ; sur chacune des dimensions, nous avons une préférence pour l’un des deux pôles, mais aurons recours à l’autre de temps en temps. Tout le monde utilise les huit préférences au moins de temps en temps.

Le MBTI est un modèle qui permet d’identifier ses préférences ; ainsi vous avez certainement entendu les autres dire « Je suis un ESTJ » ou « J’ai des préférences INFP » ou « Je suis de type Perception ». Cette connaissance s’avère utile à bien des égards pour accompagner le développement personnel. La combinaison des préférences sur chacune des quatre dimensions donne 16 types possibles. Ce sigle à quatre lettres ne doit pas être utilisé pour « mettre les gens dans les cases ». L’indicateur sert à ouvrir les possibilités et non pas à les refermer.

Voici une vidéo pour comprendre MBTI :

Start typing and press Enter to search

MBTI histoire du Myers Briggs Type Indicator